Houba, bouvier d’ Appenzell, Attention danger !

GDR IMG 3330

Après les chasseurs (toujours en action), les chenilles processionnaires (toujours d’actualité) la nouvelle menace vient des pêcheurs L

A deux reprises, côté Grande Motte, Savana s’est retrouvée emberlificotée dans une pelote de fil de pêche abandonnée sur place par un de ces inconscients qui laissent leur détritus derrière eux. Depuis, nous ne faisons plus cette promenade sans un bon couteau dans la poche. La mégère s’affole vite mais obéit au « pas bouger » lorsqu’il est prononcé avec les accents du « je ne tolèrerai aucune hésitation »  Mais si petit loup se retrouvait entravé … nul doute qu’il tenterait de se libérer tout seul, en tirant comme une brute, avec les conséquences dramatiques que les maîtres paranos que nous sommes imaginent avec horreur.

Déjà que nous avons régulièrement à retourner du côté non tranchant les tessons de bouteilles de bières et autre capsules qui polluent jusqu’aux recoins les plus éloignés de la nature, voilà une nouvelle mode, l’abandon du fil de pêche … Hier, nous partons pour deux heures de ballade sportive : frisbee + marche pour les uns, cavalcade pour les autres + natation avec rapport d’objet. Les lapins sont légion dans le coin et, cette année pas de trace de myxomatose, du moins pas pour le moment. Un rayon de soleil dessine des vagues de reflets sur la lande et sur l’eau, Savana et Houba s’éclaboussent joyeusement et sprintent dans les herbes, idyllique, jusqu’à ce que…….. Le Petit Prince Noir s’arrête et « s’occupe » de sa patte avant. Un sixième sens me fait me précipiter sur lui… sa patte est prisonnière d’une boucle dans un fil de pêche. Immobilisé immédiatement, nous enlevons l’entrave avant qu’il n’ait pu se blesser. Heureusement, car nous étions partis sans couteau. Tandis que l’homme reprend les « jetés dans l’eau » avec les  deux compères, j’enroule le fil en le suivant, je tire, il résiste, j’avance, j’avance, il me faut une soixantaine de pas avant de trouver la pierre qui a été lancée avec l’autre extrémité. Nul doute qu’il s’agit d’un acte volontaire. Pour piéger qui ? quoi ? Le fil est très résistant et s’entortille aisément….  Nous l’avons enterré soigneusement en pestant contre la nature humaine. Ciseau et couteau = 2 trucs de plus à avoir dans le sac à dos ; non 3  = une bombe de peinture indélébile ou un lanceur de paintball si jamais on en prend un sur le fait !

GDR IMG 3347 GDR IMG 3354 

Nos deux joyeux lurons ne se sont rendu compte de rien et se disputent une énorme buche. Savana qui jusqu’ici ne s’intéressait pas le moins du monde aux bouts de bois, tente d’imiter le zébulon, mais elle n’a pas sa puissance de machoire.

GDR 3353

suite  Houba, bouvier d’ Appenzell, vous souhaite 1 bonne St Valentin

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. zoomeries dit :

    c’est du grand n’importe quoi ! des restes de boucherie ? pour éviter de payer l’équarissage ?? Quelle horreur. Décidément  â€¦.

  2. Jacques Leroy dit :

    Selon une etude recente, l’exposition des enfants aux animaux la première année de leur vie n’augmente pas les risques d’allergies… bien au contraire, cela pourrait les faire diminuer. Le risque diminue encore si les enfants sont nés par césarienne.