Houba, bouvier d’ Appenzell, joue à cache cache avec 1 épillet

pensif IMG 2172 - Version 2Samedi 9 Aout, la matinée avait démarré par la promenade préférée des tricolores sans qu’aucun événement particulier n’ait retenu notre attention. Dans l’après midi, une énorme masse apparaît sur le flanc du marsupilami. Réaction à une piqure d’insecte ? Hématome ? Le petit loup n’a pas l’air gêné. Wait and see. La grosseur ne diminuant pas et la fièvre faisant son apparition, rendez vous chez le vétérinaire. Mardi 12 Aout, Houba est embarqué pour être « tranquillisé » pendant qu’on le ponctionne à fin d’analyses. Le derme n’est pas rouge, aucun « point d’entrée » de visible. Cause mystérieuse. Nous récupérons un marsupilami façon Cluzet dans « le dernier pour la route », titubant le petit loup, il met des heures à récupérer. Bon, le spectre de la tumeur fulgurante tente une poussée d’angoisses, mais nous n’y croyons pas. En attendant Houba est mis sous antibio et anti inflammatoires… La masse dégonfle sous l’effet des médicaments. Les résultats du labo nous rassurent pleinement, il s’agit d’un abcès. Pour moi, l’incident est clos, mais le vétérinaire est beaucoup moins optimiste : il y a de fortes chances pour que l’abcès se reforme et qu’une intervention soit indispensable pour « enlever la coque » Le répit est effectivement de courte durée, une minuscule noisette au toucher joue les menaces de récidive, à nous les méthodes douces : l’argile verte fait son entrée à la maison, déjà adepte des granulés homéopathiques.

Hélas, 1 semaine après l’arrêt des AB, l’abcès revient, énorme ! Cette fois le vétérinaire est persuadé que le coupable est un épillet. Le 5 septembre nouvelle anesthésie générale pour le curetage. Le petit Prince est tondu sur 750cm2 (25X30) on va pouvoir le transformer en chien-sandwich et lui coller une affichette de pub pour la protection animale ou pour une lotion magique poils brillants (avant/après). panneau affich IMG 4472 Houb-alcoolo qui arbore une cicatrice de 7cm volontairement non recousue sur 1/3 pour drainer, a droit à la collerette bouée moins traumatisante que la classique mais très encombrante.sauvetage 4030 “Pro-collar”  Avec sa démarche chaloupée de shooté et sa bouée de sauvetage, nous ne passons pas inaperçus.

Et les problèmes d’intendance commencent :

Houba ne « passe » plus dans la vari kennel, c’est un moindre mal, le hic c’est la trappe de la « chatière chientière »  ça  ne passe pas. Nous voici revenu au temps des sorties vidanges accompagnées, de peur que le bulldozer ne se coince dans un buisson, au moins le temps qu’il s’acclimate à son encombrant col roulé. Le « drain » fonctionne à merveille, Houba s’initie aux inconvénients de chienne en chaleur, j’ai le balais-éponge greffé en bout de bras, les corbeilles et le canapé sont recouverts de serviettes, le siège arrière de l’auto, itou, et le lave linge tourne à plein régime. Les promenades sont exclusivement en longe courte et dans des endroits sans risque (le zébulon a pour fâcheuse habitude de se gratter le dos en se roulant quelque soit le terrain sur lequel il évolue). Le collier-bouée ne l’empeche pas de jouer avec sa soeur d’adoption : video


Jeu malgré la bouée par f100003165446326

3 fois par semaine, contrôle et lavage de l’intérieur de la plaie, Le 17 septembre on lui enlève les points. Ouf, adieu la bouée de sauvetage et les promenades en laisse. Mais la partie ouverte de la cicatrice continue de suinter un peu et ne se referme toujours pas, interdisant toutes séances de natation. 17 septembre IMG 4496

Une nouvelle routine s’instaure : à moi de procéder aux lavages de plaie quotidiens = mettre Houba sur une table, le tenir debout sans bouger (l’homme avec des biscuits) insérer la tète d’une seringue dans la partie ouverte de la cicatrice et pulser le liquide antiseptique, recueillir tout ce qui sort dans un Tupperware transformé en haricot hospitalier, renouveler l’opération, vérifier qu’aucun corps étranger ne soit miraculeusement sorti, nettoyer l’extérieur de la plaie et récompenser le patient.  Au fur et à mesure des jours passant, la plaie doit se refermer car le geyser jaillit maintenant plus dehors que dans la plaie. Je vais bientôt être mieux désinfectée que le marsu. Quant à Savana, elle fait mine de boiter, la jalouse, nous faisons semblant de la croire et la massons en la plaignant, son fouet joue les turbos. 2 minutes après elle gambade oubliant complètement son rôle de grande blessée.

Suite Houba, bouvier d’ Appenzell, Joue à cache cache avec 1 épillet suite  

Vous aimerez aussi...