ma prothèse hanchentée : épisode 2

Je laisse passer 48h avant de lire mon épais dossier  …. Ordonnance de béquilles, de bas de contention, d’infirmière à domicile ……  J’essaie de ne pas trop y penser. Bilan Cardio ouf c’est bon ; bilan dentaire, allez hop arrachage d’une molaire par sécurité Grrrrr.

Entre temps, il y a les amis bien intentionnés qui connaissent quelqu’un qui, a fait de la rééducation au moins 2 mois, ou quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui a béquillé pendant 2 mois, ou qui a du retourner en centre de rééducation parce que … ; certes la prothèse de hanche est  une intervention qui « marche » (sans mauvais jeu de mot)  très bien, mais pas sans rééducation…. mon neveu, en convalescence pour son épaule, côtoie des hanches et me fait part de son scepticisme … Je ferme mes écoutilles. J’ai confiance.

Je commence mes 10 séances de kinésithérapie préopératoires : apprentissage du béquillage et renforcement musculaire et articulaire. Elève studieuse, je m’oblige à 30 minutes d’exercices quotidiens et une séance de piscine, sans compter les ballades avec les chiens. Mettons toutes les chances d’une convalescence rapide de mon côté.

Le 28 Aout la coordinatrice du programme Sherpa me contacte par mail, la journée d’informations est fixée au 21 septembre. Je l’assaille de questions : Le Dr M. m’avait dit « pas de rééducation, de la marche » or son secrétariat m’a remis une ordonnance de béquilles et bas de contention. Pouvez vous me préciser combien de temps, en moyenne, les béquilles sont obligatoires ? ou utiles ? Est ce que j’aurais beaucoup de kiné à faire ?

L’infirmière aura quelle(s) mission(s) simplement le pansement à changer tous les jours ou ? piqure ? 

En outre, j’avoue que votre listing à cocher m’effraie : rehausseur, coussin d’abduction et autres,… rassurez moi : c’est prévu pour des cas particuliers ou je dois m’attendre à avoir de réelles difficultés pendant un certain laps de temps ?

Pourrais je reprendre l’entrainement rapidement ?

Elle me répond rapidement et me rassure « Les béquilles sont obligatoires car après une chirurgie comme la votre il vous faut être sécurisé pour éviter de perdre l’équilibre et chuter. Au niveau légal normalement c’est 3 semaines mais ça dépend de chacun de sa récupération, elles sont là pour vous stabiliser et vous aider, je vous rassure vous ne serez pas grabataire.

La kiné se fera en fonction de vous mais vous aurez les kinés de la clinique qui vous guideront.

Votre infirmière aura mission de vous faire les sous cutanées d’anticoagulants tous les jours pendant minimum 3 semaines, surveiller et réfection du pansement.

Le listing est standard pour tous mais vous ce sera juste cannes et bas de contention.

La réunion d’information  a pour but de vous rendre actrice de votre santé, vous préparer à aborder sereinement votre chirurgie et à poser toutes questions qui vous semblent utiles de poser car il y aura un anesthésiste présent avec un chirurgien, un kiné et moi même. … »

21 Septembre, journée préopératoire protocole Sherpa : Le 1errendez vous est à 9h40 avec l’anesthésiste. Le parking est plein, heureusement je suis en avance et ma patience finit par payer : une belle place à l’ombre se libère. Je fais partie des premiers arrivés et n’ai pas longtemps a attendre que l’anesthésiste ne m’invite à entrer dans son bureau. Questions d’usage, coup d’œil sur les analyses et patatras moi qui suis la parfaite candidate de l’anesthésie générale : dormir, ne rien entendre, ne rien voir, et me réveiller de bonne humeur … voilà qu’il me propose une rachianesthésie (version plus légère de la péridurale) qu’il semble préconiser. Me voilà en plein stress, déjà la piqure en elle même côté moelle épinière ne me réjouit pas beaucoup, et le fait d’être éveillée ……..  L’anesthésiste plaisante,  m’assure que je ne verrai rien, ni n’entendrai rien que j’aurai un casque musical et que de toutes façons je « planerai ». Pas d’intubation, récupération plus rapide… Pas de panique,  J’ai jusqu’au dernier moment pour décider.

9h50 rendez vous avec la coordinatrice Sherpa. On récapitule et j’apprends que mon retour à la maison se fera obligatoirement par ambulance (voie postérieure oblige, question d’assurance. Une fois at home, l’homme pourra me véhiculer comme bon nous semblera, mais pas le jour de ma sortie), compter J+ 3 pour la sortie  (toujours en raison de la voie postérieure),  pas de kiné en tous cas pas en cabinet, domicile ou rien.

J’ai du temps avant mon prochain RV, Je file au labo pour le prélèvement nasal destiné à vérifier si je n’ai pas un staphylocoque doré. Le labo, le seul service inconfortable ou il y a de l’attente et ou la laborantine m’enfonce son bâtonnet comme si elle voulait percer ma cloison nasale

10h45 radio, encore une, mais cette fois c’est pour prendre les mesures de ma prothèse, manipulatrice adorable

Mon prochain rendez vous est à 12h45, ça me laisse le temps de rentrer déjeuner rapidement à la maison, histoire de faire tomber le stress.

12h40 je suis de retour, notre groupe se forme et la coordinatrice vient nous récupérer, direction la salle de réunion. Nous sommes une vingtaine de candidats à la prothèse de hanche, beaucoup de futurs opérés sont venus en couple, perso, je n’en ai pas vu l’intérêt.  Intervention de l’anesthésiste, j’ai de la chance, c’est justement celui qui m’a reçue qui anime les débats. Il nous explique la rachianesthésie et nous montre via le diaporama, et quelques mimiques comiques, comment ça se passe pour la voie antérieure (décidemment ma voie postérieure est passée de mode) nous posons autant de questions que nous en sentons l’utilité, il nous répond avec l’humour qui a l’air de le caractériser, l’auditoire se décontracte.

L’intervention suivante est celle d’un chirurgien … Bingo, j’ai encore de la chance, c’est le mien qui s’y colle. Il nous explique le geste, la prothèse, les matériaux (choisis au dernier moment en fonction de la qualité osseuse du patient), l’après. Et la encore, nous pouvons le bombarder de questions ce dont certains d’entre nous (et j’en fait partie) ne se privent pas,

La dernière intervention est celle d’un des Kinésithérapeutes du service : explication du maniement des béquilles qui devraient rapidement être utilisées à la manière des bâtons de marcheurs et démonstration de quelques gestes utiles pour éviter la luxation.

Notre coordinatrice prend congé du petit groupe qui n’a plus de questions. Ce que je pense de cette journée : positive, intéressante, bien organisée. J’en sors confiante et encline à choisir la rachianesthésie. Tous ceux a qui j’en parle me conforte dans ce choix.

ma prothèse hanchentée episode 3

 

Article précédent

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *